Blablas autour du livre

Mon récap lecture 2019

Je n’en fais jamais, pourtant, allez savoir pourquoi, j’ai eu envie de faire une liste des lectures qui m’ont le plus marquées en cette année 2019. Celle-ci fut probablement l’une des moins productives en terme de livres lus mais j’y ai fait quelques belles découvertes et quelques moins bonnes aussi…

55454

Le roman sorti en 2019 que j’ai préféré : Avoue que t’en meurs d’envie de Kristen Roupenian

Avoue-que-t-en-meurs-d-envie

C’est un livre que m’a conseillé ma repré et que j’ai dévoré. Je vous en parlais d’ailleurs ici. Un recueil de nouvelles un peu glauques, un peu sombres, qui s’inspirent de divers éléments que ce soit des contes de notre enfance, de notre quotidien ou de faits divers. J’ai adoré chacune des nouvelles, ce qui est plutôt rare. Kristen Roupenian a un vrai talent pour provoquer toutes sortes de réactions chez ses lecteurices. C’est le genre de livre qui vous marque longtemps !

Un couple bien sous tous rapports héberge un ami qui tente d’échapper à une relation toxique – pour mieux sombrer dans une autre que personne n’avait vue venir et qui le détruira. Une célibataire sceptique qui suit la recette d’un vieux grimoire pour trouver l’amour est dépassée par l’apparition d’un homme parfait dans sa cave. L’anniversaire d’une petite fille inquiétante prend une tournure dramatique après qu’elle a  » souhaité  » le mal. Une jeune femme se retrouve au lit avec un homme qu’elle a rencontré peu de temps auparavant et se demande s’il ne s’agit pas d’un psychopathe déguisé en  » mec à chats « … Kristen Roupenian plonge dans nos fantasmes et délires à travers douze nouvelles qui explorent avec une écriture très réaliste et un humour impitoyable et souvent sombre les relations humaines. Une voix impétueuse et mortelle.
55454

Le roman sorti avant 2019 que j’ai préféré : Un manoir en Cornouailles de Eve Chase

81OZrE0WZDL

Comme pour Avoue que t’en meurs d’envie, C’est l’un de mes repré qui m’a ramené ce livre. Je n’en connaissais pas l’histoire mais j’étais déjà charmée par sa couverture qui n’était pas sans me rappeler Watership Down (mon roman préféré ever que je vous présente dans cet article). Et une fois la lecture commencée, ça n’a pas loupée. Le coup de coeur fut immédiat. Je me suis plu à lire cette histoire de secrets de famille entre deux époques et à me demander comme cela allait se terminer. L’une de mes plus grande fierté cette année est de l’avoir parmi mes meilleures ventes.

Cornouailles, 1968. Pencraw, un grandiose manoir en ruine dans lequel les Alton élisent domicile l’été. Le temps semble s’y être arrêté et défile sans encombre. Jusqu’au drame qui vient bouleverser leurs vies et arrêter le temps à jamais.
Trente ans plus tard, avec son fiancé Jon, Lorna roule à la recherche du manoir des Lapins noirs, cette maison où elle a séjourné enfant. Elle rêve d’y célébrer son mariage. Tout dans cette vieille demeure l’appelle et l’attire. Mais faut-il vraiment déterrer les sombres mystères de ce manoir en Cornouailles ?
Eve Chase nous entraîne dans une passionnante spirale unissant deux femmes séparées par les années, mais que la force de l’amour et le poids des secrets réunissent en une seule voix, mélancolique et entêtante.

Vous pouvez lire ma chronique d’Un Manoir en Cornouailles ici.

55454

Mon thème favori : La spoliation des biens juifs par les nazis

Un thème assez surprenant il est vrai. Pourquoi j’en parle ? Parce que c’est sur ce thème que j’ai lu le plus de livres cette année. Tout a commencé avec le visionnage de l’excellent La femme au tableau qui raconte l’histoire vraie de Maria Altmann qui, en 1998 va se lancer dans une quête incroyable : récupérer les œuvres d’art de sa famille, volées par les nazi pendant la seconde guerre mondiale. Parmi cette collection, une pièce maîtresse du peintre Klimt : La Dame en Or. Car le modèle de ce tableau, Adèle Bloch-Bauer est la tante de Maria. Mais l’Autriche, qui l’expose fièrement n’est pas prête à laisser ce tableau à sa réelle propriétaire…. J’ai été fascinée par ce film qui a provoqué en moi une envie d’en savoir plus sur cette partie de la guerre que je ne connaissais pas. J’ai donc dévoré nombre d’ouvrages sur le sujet. Parmi mes préférés : Les Carnets de Rose Valland, Oeuvres volées, destins brisés, Le Marché de l’art sous l’Occupation, L’Oréal a volé ma maison, Le Catalogue Goering.

55454

La nouvelle série manga la plus prometteuse : Blue Flag

Blue-Flag-1-kurokawa (1)Ce petit manga tranche de vie a su faire fondre mon petit cœur dès les premiers chapitres. Blue Flag est une lecture obligatoire pour quiconque aime le manga. Chaque nouveau tome est un vrai plaisir à découvrir, notamment pour les relations si touchantes entre les personnages. Blue Flag dépoussière le genre en offrant des triangles amoureux plus réalistes et surtout, en proposant des personnages lgbt, un élément rare dans le genre. Le tout sans cliché, mais avec beaucoup de justesse et de douceur. Vraiment, que vous aimiez lire des mangas ou non, je ne peux que vous conseiller de vous plonger dans cette série incroyable.

Au printemps de leur année de Terminale, trois élèves se retrouvent à un carrefour de leur vie.
Taichi est dans la même classe que Tôma, un ami d’enfance à qui tout réussit et que Futaba, une fille qu’il a du mal à supporter. Un jour, Futaba se confie à lui et lui avoue qu’elle est amoureuse de Tôma.
Un instantané sensible des tourments de la jeunesse d’aujourd’hui.

55454

Le manga fini en 2019 dont la fin m’a le plus émue : Whispering

whispering-1-akataAh Whispering ! Je pleure rarement en lisant des livres, mais là, j’ai eu le coeur brisé par ce manga. Une fin en beauté pour une série fantastique. Whispering raconte l’histoire de Kôji, un lycéen qui, un jour, sur le chemin entre son lycée et chez lui, rencontre un petit garçon capable d’entendre les pensées des animaux, des plantes et des objets autour de lui. Un pouvoir que Kôji avait lui aussi, jusqu’au jour où son pouvoir a disparu. Ce qu’il ignore alors, c’est que cette rencontre va changer sa vie. Et la nôtre ! Comme pour Blue Flag, Whispering est une lecture obligatoire. J’ai rarement lu un manga aussi parfait (et croyez moi, en tant que journaliste freelance pour Animeland, j’en ai lu des mangas).

Kôji est aujourd’hui un lycéen ordinaire. Mais lorsqu’il était enfant, il avait une capacité unique : celle d’entendre les pensées de tout ce qui l’entoure. Les objets, les plantes, les animaux… Mais aussi et surtout celles de ses proches. Très vite, ce don s’est en réalité révélé être une malédiction ostracisante. Ses parents eux-mêmes commençaient à craindre leur enfant, qui pouvait sans le vouloir connaître leurs pensées les plus intimes.

À l’adolescence, Kôji a perdu ce pouvoir, et il réussit désormais tant bien que mal à s’intégrer au lycée. Mais un jour, il croise la route d’un petit garçon qui, comme lui autrefois, possède ce « don ». D’abord réticent et indifférent, voire effrayé, il va finalement se prendre de sympathie pour lui et décider de l’aider. Au même moment, un changement s’opère en lui…

55454

Le manga fini en 2019 dont la fin m’a le plus déçue : Le 3e Gédéon

3e-gedeon-1-glenatÇa avait pourtant si bien commencé ! J’adore l’Histoire. Et plus particulièrement tout ce qui touche à Marie-Antoinette et à la Révolution. Alors, forcément, en découvrant le premier tome du 3e Gédeon, j’étais aux anges. Malheureusement, au fur et à mesure que la série avançait, la déception pointait le bout de son nez. Incohérences, postures et nudités choquantes, le mangaka a complètement pété les plombs. Probablement pour tenter de pimenter un peu sa série. Dommage. Dans un ancien article, je vous recommandais la lecture du 3e Gédéon, aujourd’hui, je vous conseille plutôt de passer votre chemin et de ne pas perdre de temps à la lire. Elle n’en vaut pas la peine.

À la veille de la Révolution, Gédéon rêve de représenter le Tiers-État aux états généraux pour sauver la France de la misère. Georges, duc de Loire, n’aspire quant à lui qu’à détruire l’ordre établi. Quel avenir la rencontre de ces deux hommes apportera-t-elle à la France ?

Connu pour la finesse de ses traits, Taro Nogizaka, auteur de Team Medical Dragon et de La Tour fantôme excelle également dans l’art de créer des personnages troubles et mitigés pour amener le lecteur à réfléchir sur les idées qu’ils défendent. La Révolution française sera évidemment le cadre rêvé pour cet exercice.

55454

Le meilleur One Shot : Laughter in the end of the world

Laughter-in-the-End-of-the-World-shibaC’est sur les conseils de ma collègue qui s’occupe du rayon manga que j’ai découvert ce titre. Un vrai petit bonheur. De l’action, de l’humour, des monstres, une quête, tout y est pour faire passer un bon moment. Je n’avais pas autant apprécié un manga d’action depuis Full Metal Alchemist. Le dessin est superbe, fin, dynamique, et le design des persos est dingue. Ma seule déception : découvrir, plusieurs semaines après avoir terminé ce titre, que c’était un one-shot…. Il y a matière à en faire une série et c’est mon plus grand regret. Ceci dit, c’est une petite pépite à découvrir !

LORSQUE LES HUMAINS DEVIENDRONT ARROGANTS ET CORROMPUS, LE DÉMONS BLANC AUX CENTS BOUCHES ANNONCERA LA FIN DE L’HUMANITÉ !

Malheureusement les humains oublièrent cette prédiction et s’adonnèrent à leur vices.
Alors le démon blanc envahi la Terre et les hommes entrèrent en guerre face à lui. suite à ce combat, plus de la moitié de la population fut décimée et le démon blanc pris possession de corps humain. Seul un tatouage en forme de « bouche de démon » permet de les reconnaitre !
Des années après cette tragédie, la population vit toujours sous la menace constante de ces êtres qui n’ont d’humain que l’apparence…

Pourtant un voyageur portant cette marque affirme pouvoir éradiquer ce mal qui ronge l’humanité. Accompagné de sa soeur, il parcourt ce qu’il reste du monde dans le seul but de la protéger à tout prix.
Pourrait-il être la clef qui libèrera le monde de l’emprise de ces démons ?

55454

Le livre qui m’a fait le plus réagir : Un mariage américain

9782259278942ORIEncore aujourd’hui, je ne sais pas comment classer ce livre. Coup de coeur ? Coup de gueule ? Un peu des deux probablement. Ce livre parle des condamnations abusives des noirs américains via l’histoire de Roy et Celestial, un couple dont l’existence va être anéantie par une fausse accusation d’agression sexuelle. Tayari Jones offre un roman incroyable, puissant, révoltant. Parce qu’actuel. Au moment où j’ai lu ce livre, je venais de terminer la mini-série de Netflix, tirée d’une histoire vraie : Dans leur regard que je vous recommande d’ailleurs. Attention toutefois, il est impossible de rester calme en la regardant. Et c’est aussi le cas pour Un Mariage Américain. Toutefois, ce qui m’a fait le plus réagir dans ce roman, ce n’est pas ce qui arrive à Roy, ou ce qu’il vit en prison, car je m’y étais préparée, non, c’est le comportement de Celestial. Un comportement égoïste, dur, cruel. Un comportement insupportable envers un homme qui a déjà tout perdu. Je crois n’avoir jamais autant détesté un personnage de fiction. Mais Celestial est humaine. Et personne ne peut juger sans avoir été dans sa position. Un mariage américain est un livre à lire. L’un des meilleurs titres de la rentrée littéraire de Septembre.

Celestial et Roy viennent de se marier. Elle est à l’aube d’une carrière artistique prometteuse, il s’apprête à lancer son business. Ils sont jeunes, beaux et incarnent le rêve américain… à ceci près qu’ils sont noirs, dans un État sudiste qui fait peu de cadeaux aux gens comme eux. Un matin, Roy est accusé de viol. Celestial sait qu’il est innocent, mais la justice s’empresse de le condamner.
Les années passent, et la jeune femme tient son rôle d’épouse modèle jusqu’au jour où cet habit devient trop lourd à porter. Elle trouve alors du réconfort auprès d’Andre, son ami d’enfance. À sa sortie de prison, Roy retourne à Atlanta, décidé à reprendre le fil de la vie qu’on lui a dérobée…

55454

Ma plus grosse déception : La menteuse et la ville

9782258151307ORIJ’avais été ultra emballée quand mon repré me l’a présenté et j’avais hâte de le lire. Et alors que la première partie était intéressante, bien écrite et plutôt captivante, le roman devient un gros bordel dans sa dernière partie, finissant par une scène surréaliste de bébés cochons sortant de l’océan. Pour info, l’histoire de base est celle d’une adolescente, paniquée, qui va accuser, à tort, un homme célèbre dans son pays, d’agression sexuelle. Et l’affaire va prendre une telle ampleur qu’elle se retrouvera piégée sans savoir quoi faire… Quelle déception ! Je trouvais le sujet intéressant, original. Et le voir aussi mal traité, foutu en l’air, ça me désole !

Nymphea porte un nom de fleur mais son quotidien est loin d’être rose. À dix-sept ans, elle traîne ses complexes et souffre d’une vie insignifiante, où rien ne lui arrive jamais. En vendant des glaces pendant l’été, elle espère enfin sentir souffler le vent de l’aventure. Mais rien ne se passe… Jusqu’au jour où Avishaï Milner, chanteur populaire sur le retour, franchit le seuil de son échoppe. Pressé et méprisant, le play-boy déchu agresse verbalement Nymphea, puis la poursuit dans l’arrière-cour où elle s’est enfuie. Lorsqu’il la saisit par le bras, elle hurle et, l’instant d’après, toute la ville est là. En quelques secondes, la jeune fille récrit l’histoire, et Avishaï se retrouve en garde à vue pour tentative de viol sur mineure. Quant à la pseudo-victime, elle est propulsée au rang d’icône, Cendrillon en croisade contre les violences masculines.
Pendant ce temps, une autre femme est elle aussi entraînée dans un mensonge dont elle ne mesure pas encore les retombées : Raymonde, vieille juive issue de l’immigration marocaine en Israël, prend l’identité de Rivka, sa meilleure amie, rescapée des camps…

1 commentaire

  1. Lu ce week-end, j’ai également beaucoup aimé Laughter in the end of the world et ai adoré la relation frère/sœur 🙂 Et, comme toi, j’ai été dépitée quand je l’ai emprunté et que j’ai vu que c’était un one-shot…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.