Blablas autour du livre

Mon bilan lecture de 2021

2021 vient de s’achever et il est temps de faire un point sur ce que j’ai lu pendant cette année. Qu’est-ce que ça lit une libraire ? Combien de livres ? Quels styles ? J’y réponds ci-dessous ! 

Si un des livres présentés vous intéresse, il vous suffit de cliquer sur sa couverture et vous aurez accès à ma chronique si celle-ci est disponible ou à sa fiche sur le site de l’éditeur avec toutes les infos nécessaires ! Bonne lecture !55454

En 2021, j’ai lu 159 livres : 75 romans, 41 mangas et 43 BDs. Parmi tout ça, il y a :

29 livres d’auteurices racisé-es, LGBTQ+, autistes ou mettant en valeur des personnages issus de la diversité

 


33 livres sur le féminisme, écrits par des femmes ou mettant en avant une femme et son histoire


Parmi ces 159 livres, j’ai fait de belles découvertes que j’ai adoré

Clanlands, c’est en audio que je l’ai découvert. Mon tout premier livre audio. Pourquoi ça ? Parce qu’il était lu par les deux acteurs et que cela me promettait des heures entières de fun en les écoutant. Le livre n’est pas traduit en français encore et c’est bien dommage ! Autre belle découverte, En quête d’un grand peut-être est un guide de littérature jeunesse créé par deux passionnés. Un incontournable dans la bibliothèque de tous libraires !

Noire et Nellie Bly m’ont fait découvrir la vie incroyable de ces deux femmes, l’une effacée injustement de l’histoire parce qu’elle était enceinte, l’autre qui fut la première journaliste d’investigation. Toutes deux n’ont reculées devant rien pour défendre leurs idéaux. Je ne peux que vous recommander chaudement la lecture de ces deux ouvrages !

Ivy était une lecture surprenante. J’ai beaucoup accroché au personnage principal, à son quotidien difficile, à ses choix de vie. Ce fut une lecture puissante ! Pareil pour La librairie de tous les possibles, beaucoup plus léger, qui met en avant le quotidien d’un libraire japonais. Rafraichissante, cette petite BD a longtemps été indisponible. Je suis contente de voir qu’il est désormais possible de se la procurer ! 

Grosse surprise pour Le Feu ne tue pas un dragon. Ce livre raconte, sous forme de documentaire couplé d’interviews, toutes les coulisses des 8 saisons de Game of Thrones. On y découvre beaucoup de choses, on comprend mieux la vision des réalisateurs, les choix sur certains épisodes. C’est LE livre à lire si vous voulez mieux comprendre la série. C’est passionnant, j’ai kiffé de bout en bout !

La Mythomane du Bataclan, j’en avais entendu parler aux infos, j’avais été scandalisée à l’époque. Quand j’ai su qu’un livre enquête sortait, je me suis jetée dessus à la sortie et je l’ai dévoré en deux jours. C’est un très gros travail d’investigation, on y découvre la vie des victimes survivantes, leur quotidien et leurs combats. Et on apprend à découvrir qui était cette personne qui s’est immiscée dans leur vie en se faisant passer pour l’une d’elles.

Cette année, j’ai eu une folle envie de BD et je suis contente des pépites que j’ai trouvé. Comme pour George Sand, fille du siècle qui fut passionnant. J’ai pu découvrir la vie de cette femme et ses nombreuses facettes. J’avais déjà lu le Journal d’Anne Frank d’Ari Folman mais la sortie de la BD Où est Anne Frank !, tirée du film éponyme m’a donné envie de la relire. Le Journal d’Anne Frank c’est une adaptation fidèle de l’oeuvre originale avec quelques éléments particulièrement émouvants comme la scène où l’on découvre une version adulte d’Anne. Un passage qui m’émeut toujours énormément. Dans Où est Anne Frank !, on suit Kitty qui prend forme humaine à notre époque et cherche en vain son amie. Dans sa recherche, elle va se rendre compte que, même si la guerre est finie, les stigmatisations et le racisme sont toujours trop présents. C’est une très bonne idée qui se développe ici. Les auteurices font une comparaison entre ce que l’on a fait subit aux juifs pendant la seconde guerre mondiale et ce que l’on fait subir aux réfugiés à notre époque. C’est pertinent, révoltant parfois et c’est à mettre dans toutes les mains !

Le 20e anniversaire des attentats du 11 septembre ont vu fleurir nombre de sorties que j’ai toutes dévorées. Ayant vécue, comme toute ma génération, cette tragédie, j’ai eu envie d’en lire plus. 9/11 Le jour où les anges ont pleuré est un recueil de témoignages de survivants, de proches de victimes et de portraits des disparus. L’occasion de leur redonner un visage, une identité. 11 Septembre 2001 : Le jour où le monde a basculé offre la possibilité de découvrir comment cet événement à marqué les gens dans tout le monde et notamment en France (puisque l’autrice est française). Je m’y suis beaucoup retrouvée parce que j’ai eu une expérience similaire à la sienne. C’est intéressant notamment pour les jeunes générations puisque ça permet de mieux comprendre en quoi ça a marqué la France à l’époque et encore aujourd’hui.

Vous le savez, j’aime beaucoup les livres de SH. Grandir avec l’absence fut une lecture intéressante mais compliquée pour moi qui suis orpheline. Je me suis beaucoup retrouvée dans cet ouvrage et j’ai pu comparer mon expérience à celle des autres. Si vous êtes dans le même cas que moi, je ne peux que vous le recommander. Quand à Gregory, dans les secrets de l’enquête, je crois n’avoir jamais lu de livre aussi complet sur cette affaire. J’y ai appris des choses que je ne savais pas. Si l’affaire vous intéresse, c’est un incontournable.

Si vous souhaitez offrir à votre enfant un livre pour comprendre ce qu’est le racisme (ou bien si vous souhaitez en savoir plus vous même ou l’offrir à un adulte de votre entourage qui aurait besoin d’être éduqué sur le sujet), Le Petit manuel Antiraciste pour les enfants (mais pas que !!!) est un must-have. C’est très bien fait, pertinent et très complet ! Sous les conseils de ma team mytho sur Twitter, j’ai plongé dans LORE d’Alexandra Bracken. Une lecture dingue, j’ai dévoré ce one shot ! Attention, ça donne envie de dévorer d’autres livres sur la mythologie après ! 

Des BDs, encore et toujours et quelles BDs ! Les Strates, c’est une autobiographie de Pénélope Bagieu. C’est loin d’être léger car certains moments sont difficiles mais ce fut un vrai plaisir de me plonger dedans. J’adore les travaux de l’autrice comme toujours. Ne m’oublie pas, c’est un voyage doux-amer entre une petite fille et sa grand-mère atteinte d’Alzheimer. C’est une BD qui m’a beaucoup touchée, surtout la fin. Les règles de l’amitié, c’est une BD jeunesse qui parle de féminisme, d’inégalité, de soucis de communication sur un sujet vu comme tabou chez de nombreux adultes, de l’accès aux protections périodiques pour les personnes ayant leurs règles. C’est une BD parfaite pour les jeunes à partir de 10 ans. J’aurai aimé avoir accès à un tel ouvrage à cet âge ! Le jardin, Paris, je vous en ai parlé sur Instagram il y a peu. C’est une vraie pépite ! C’est frais, c’est cute, ça se déguste !

L’affaire Daval, vous avez dû en entendre parler. Elle a fait la une des journaux pendant des mois. On a entendu parler du meurtrier pendant tout ce temps mais finalement, on en savait bien peu sur sa victime hormis tous les mensonges et les ignominies balancés par un homme manipulateur qui a vécu aux côtés de ses beaux-parents pendant des mois avant d’avouer son crime et qui n’a pas hésité, au pied du mur, à les accuser du meurtre. Dans Alexia notre fille, les parents d’Alexia donnent leur version de l’histoire, mettent en avant leur fille et son parcours, ses rêves, ses peines, ses projets. Ce fut une lecture touchante et qui a remis les pendules à l’heure où l’avocat de son meurtrier sortait un livre scandaleux.


1 qui m’a particulièrement révoltée

Et le livre scandaleux en question, le voici. Rien que le sous-titre “la tragédie amoureuse” me révolte. On parle d’un féminicide (terme qui insupporte l’auteur comme vous le verrez dans le livre si vous décidez de vous l’infliger) dont on ne sait pas tout. D’un meurtre dont le coupable a caché d’innombrables choses pour certaines avouées, mais pour beaucoup encore omises. On tente, dans ce livre, de faire passer Daval pour un chic type qui a commis une “malencontreuse erreur” qui va bouffer toute sa vie. L’auteur n’hésite d’ailleurs pas à nous dire qu’il est aujourd’hui enfermé avec les plus dangereux criminels alors que, franchement, il a “juste” tuer sa femme quoi. C’est pas un Fourniret ! Bref, vous voyez le genre. Moi j’appelle ça un torchon. Y a pas d’autres mots. C’est un livre où l’auteur a voulu se mettre en avant et minimiser la personnalité manipulatrice et dangereuse de son client. Je ne vous déconseille pas de le lire. Mais accrochez-vous si vous décidez de vous y plonger. Et si vous voulez vraiment en savoir plus sur cette histoire, privilégiez la version des parents d’Alexia ! 


et 1 qui s’inscrit comme MON coup de coeur de l’année !

Allez, on finit sur une note plus légère et plus sympa ! Voici mon coup de coeur de l’année. J’ai découvert Titiou Lecoq avec Honoré et moi, une biographie rafraichissante et pertinente sur Honoré de Balzac qui vous enjaillera même si Balzac n’est pas votre tasse de thé ! Alors quand j’ai su qu’elle sortait un nouveau livre, ce fut un passage obligé par ma PAL. Je vais pas vous mentir, il n’y est pas resté longtemps et heureusement ! Dans ce livre, Titiou Lecoq reprend l’Histoire des femmes de zéro et remet les points sur les i. Non, les femmes préhistoriques n’étaient pas planquées dans leurs caves à élever les mioches en attendant que l’homme chasse. Elle participait tout autant. Non le féminisme “extrême”, ce n’est pas récent. Les femmes au foyer ? Une invention récente du patriarcat. Tous migrants ? Absolument ! Des femmes peintres ? Tout à fait ! Et bien plus nombreuses que l’on croit ! Marianne ? Une lubie patriarcale, un hommage ridicule ! Ce livre, c’est un ouvrage indispensable à mettre dans toutes les mains. Parce que finalement, on découvre que la vision de l’Histoire que l’on a, elle est issu du patriarcat et il est temps que ça change. Les femmes ont leur place dans l’Histoire !


Et la Rentrée littéraire dans tout ça ? J’ai lu seulement 8 livres (en comptant celles d’Hiver et d’Automne, à savoir plus d’un millier de livres – 493 sorties pour celle d’hiver et 521 pour celle d’automne. Mais non non, il n’y a pas un problème de surproduction !). Plus par manque de temps et d’envie. Trop de pression, rien de folichon qui sort du lot ou alors au moment où le temps pour lire se réduit.

Finalement, je suis assez contente. J’ai ouvert mes horizons et même si c’est un bon début, je compte lire de plus en plus de diversité. Je me rends compte aussi que je lis finalement beaucoup de livres de sciences humaines et pas tant de romans que ça (ce qui est assez ironique pour une libraire s’occupant du rayon littérature ! Il va falloir que je dose un peu plus de ce côté là). Le nombre de BD est supérieur à ce que j’imaginais, ce qui est un très bon point. Par contre, je lis de moins en moins de manga et c’est ce que je compte changer en 2022. J’ai besoin de me remettre à jour. 

Et vous ? Tenez-vous un journal de lecture ? Avez-vous fait un bilan ? Quels sont vos coups de coeur et vos déceptions de 2021 ? Dites-moi tout dans les commentaires !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.