Polar

Tigres de Guerre de David Gibbins, ma première déception….

71BLtnEZjQLTurkménistan, 19 avant Jésus-Christ.. Des légionnaires romains, échappés de la forteresse parthe de Merv où ils étaient retenus prisonniers, rencontrent sur la route de la Soie un marchand et lui dérobent un mystérieux joyau. Ils sont depuis poursuivis par un redoutable guerrier, qui a l’apparence d’un tigre. Près de 2000 ans plus tard, en 1879, le lieutenant John Howard, officier en Inde, tente de juguler la rébellion d’un peuple tribal. C’est lors d’une expédition au coeur de la jungle qu’il découvre un temple troglodyte, dans lequel se trouve une étrange épée. Q

uelques années plus tard, il disparaît en Afghanistan. Que s’est-il passé ? C’est ce que tente de découvrir Jack Howard, archéologue de renommée internationale et arrière-arrière-petit-fils de John Howard. De son aïeul, il garde une étrange épée à gantelet en forme de tigre, ainsi que son journal. Jack se rend alors au Rajasthan, sur les traces de son ancêtre, dans un des temples de la jungle. Là, il découvre la tombe d’un Romain, ainsi qu’une étrange inscription faisant référence à un joyau disparu…

55454

David ne chôme décidément pas, enchaînant les romans à une vitesse fulgurante ! Tigres de Guerre, son quatrième bébé se démarque des autres de manière surprenante. L’auteur semble fasciné par les romains depuis Le dernier évangileTigres de Guerre met de nouveau en scène ce peuple, mais dans un décor plutôt particulier: la jungle. Dès les premières pages, on le sent, ce roman est différent. Plus lourd, moins palpitant, on accroche moins à ce tome. Mais pourquoi ? C’est la question que je me pose encore en écrivant ces lignes. Peut-être parce que la claque du dernier évangile se fait encore sentir ? Le cadre plutôt inhabituel ? Impossible à dire.

Alors que ses précédents romans se finissaient toujours de la même manière par la découverte de l’objet recherché et par un flashback dans le passé, Tigres de Guerre réinvente cela et provoque la surprise du lecteur. Ici, pas d’objet retrouvé ni de retour en arrière, mais une nouvelle intrigue. Et c’est plutôt prometteur! Aurait-on déjà le synopsis du prochain travail de l’auteur ou bien devra-t-on attendre plus longtemps ?
Mystère, mais une chose est sûre, la fin donne envie ! Et David prouve qu’il peut intriguer son lecteur et le faire tourner en bourrique.

 » Le marchand en avait trop dit. Il leur avait révélé tout ce qu’ils avaient besoin de savoir. Il n’avait plus d’atout en main. Grave erreur… Il n’avait pas l’habitude de négocier avec les Parques. » – p19

Autre nouveauté, la fille de Jack, nouvelle recrue dans la team de l’UMI donne une certaine dynamique à l’histoire, même si l’on sent que Gibbins ne la maîtrise pas totalement. Elle est parfois inutile à la scène voire carrément en trop. Mais on lui fait confiance, il saura lui trouver une place de choix !

Si l’on met du temps à rentrer dans le livre, c’est toujours un véritable plaisir de retrouver Jack et Costas et de poursuivre leurs aventures. Et cette fois nous avons la chance de découvrir en même temps qu’eux, un pan du passé familial du célèbre archéologue. L’histoire de son aïeul, inspirée en presque totalité de celle du véritable ancêtre de l’auteur est fascinante et touchante au point qu’on est ému autant que Jack. Mon chapitre préféré est d’ailleurs celui du seul flashback de fin du livre qui met en scène son aïeul et son ami. Mais Tigre de Guerre nous laisse tout de même sur notre fin. Dommage.

 » La silhouette avait disparu. Howard ne voyait plus que la lumière aveuglante du soleil levant, qui éclipsait tout le reste. Le bleu des parois s’éclaira et renvoya les rayons du soleil dans un faisceau d’énergie qui sembla le soulever et l’emporter. Les tambours, dont l’écho résonnait contre la pierre, étaient plus proche. Une bouffée d’air glacial s’engouffra dans le puits. Howard sentit le froid lui transpercer le corps comme des flèches. Puis plus rien. » – p353

Au final, le manque de Gibbins se fait sentir à la fin de ce livre. L’envoûtement a pris et on sent que l’attente sera longue avant le prochain. Espérons qu’elle ne le soit pas trop !

55454Grand Format : First – Plus édité / Poche : Pocket – Plus édité55454

0 commentaire

  1. […] même auteur : Atlantis, Le Chandelier d’Or, Le dernier Evangile, Tigres de Guerre, Le masque de Troie […]

  2. […] même auteur :  Atlantis, Le Chandelier d’Or, Le dernier Evangile, Tigres de Guerre, Le masque de Troie, […]

  3. […] même auteur :  Atlantis, Le Chandelier d’Or, Le dernier Evangile, Tigres de Guerre, Le masque de Troie, […]

  4. […] ma déception sur Tigres de Guerre, j’avais délaissé David. Boudé même. Et puis, voilà qu’en un livre, il me fait […]

  5. […] rejoindre le rang très fermé de mes auteurs favoris. Et cela se confirme avec la lecture de Tigres de Guerre son nouveau roman. En même temps, j’aurais dû m’y attendre, ayant acheté son troisième […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.