Mes Coups de Coeur Polar

Les Dieux d’Atlantis, retour aux sources pour Jack Howard

Océan atlantique, 9 000 ans av. J.-C. L’île légendaire de l’Atlantide est engloutie à jamais par les flots. Les prêtres fuient pour sauver leur vie. Mais où les Atlantes réussissent ils à cacher leurs plus grands trésors ?

Allemagne, 1er mai 1945. Au cœur du Berlin ravagé par la guerre, les trésors archéologiques cachés par les nazis disparaissent. Mer noire, de nos jours. Jack Howard découvre un ancien fragment d’écriture dans les ruines d’une citadelle de l’Atlantide. Et s’il existait une nouvelle version terrifiante des Atlantes, des prêtres des ténèbres ?

Le Reich aurait-il dissimulé des traces du mal qu’un acte funeste pourrait libérer à tout moment ? La terrible quête commence…

55454

Thèmes : Archéologie, Mythologie, Chasse au trésor, Seconde Guerre Mondiale

Trigger warning : Claustrophobie, Meurtres, Nazisme

55454

Après ma déception sur Tigres de Guerre, j’avais délaissé David. Boudé même. Et puis, voilà qu’en un livre, il me fait oublier tous les torts qu’il m’a causé.

Suite du premier tome des aventures de Jack Howard, Atlantis, Les Dieux d’Atlantis est en réalité la fin d’un cycle, un cycle de 6 livres tournant tous, de près ou de loin à la cité perdue.

Jack se demanda si son imagination n’était pas en train de lui jouer des tours : l’objet qui se trouvait en face de lui était remarquablement similaire à celui qu’ils avaient trouvé cinq ans auparavant, celui qui les avait conduits jusqu’à ce site. […]
— C’est le symbole d’Atlantis, non ?
Atlantis…

Ainsi, pour lire ce roman, je vous conseille d’avoir lu les précédents romans de David Gibbins, essentiels pour comprendre tout le schmilblick. Car, sans que l’on s’en soit rendu compte, l’auteur nous lie tous ses ouvrages, même ceux, à priori, les plus éloignés des Atlantes. Un joli coup de maître.

Passionnant, Les Dieux d’Atlantis l’est assurément. Si Atlantis m’avait déçue (trop descriptif, trop scientifique et possédant trop de longueurs), ce second tome est un véritable anti ennui.

 Ces symboles gravés sur la paroi de la grotte sont en quelque sorte la lumière au bout du tunnel, comme l’étoile qui est un jour tombée du ciel sur ce peuple de la préhistoire pour le guider. Notre rêve nous a attirés dans un tunnel de terreur et nous sommes arrivés au bout.

On notera tout de même quelques chapitres un peu long, où l’on accroche un peu moins, mais finalement, Les Dieux d’Atlantis est une parfaite conclusion pour le cycle Atlantis.

Une manière, pour David Gibbins de changer d’air, et pour son héros, de revenir aux sources. Le prochain roman, dont on a eu vent en lisant Les Dieux d’Atlantis, sera l’occasion de passer du côté de l’Egypte avec Akhénaton. Un nouveau thème, point éloigné de ses précédents romans puisque le point de départ se situe à Troie. Mais le chapitre Atlantis est refermé (définitivement ?) et on a hâte de voir ce que nous réserve David Gibbins pour la suite.

55454

Grand Format : Les Escales Noires – 22.50€ / Poche : Pocket – 8.60€55454

Mes chroniques sur les autres titres de l’auteur :

Atlantis de David Gibbins, plongée intéressante mais un peu lourde dans l’univers d’un auteur archéologue…

Le chandelier d’Or, Le roman idéal pour découvrir la superbe plume de David Gibbins !

Le Dernier Evangile, plongée passionnante à Herculanum…

Tigres de Guerre de David Gibbins, ma première déception….

55454

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.