Fantasy

Légende de David Gemmell : Plongée au coeur d’un monument de la fantasy….

Druss est une légende.
Ses exploits sont connus de tous. Mais il a choisi de vivre retiré loin des hommes, au sommet d’une montagne. Là, il attend son ennemi de toujours : la mort.

Dros Delnoch est une forteresse.
C’est le seul endroit par lequel une armée peut traverser les montagnes. Protégée par six remparts, elle était la place forte de l’Empire drenaï. C’est maintenant le dernier bastion, car tous les autres sont tombés devant l’envahisseur nadir.

Et le vieux guerrier est son seul espoir. Un demi-million d’envahisseurs face à quelques milliers de guerriers retranchés dans une forteresse. Druss et sa hache feront-ils la différence ?

55454

J’ai découvert David Gemmell avec sa toute dernière trilogie : Troie. Le coup de cœur a été immédiat et j’ai dévoré la série entière en deux semaines. Pourtant, ce n’est pas Troie qui vient à l’esprit quand on évoque Gemmell et sa carrière incroyable, mais son tout premier roman, devenu un classique incontournable de la fantasy : Légende. Et c’est à la lecture de ce titre que j’ai compris pourquoi.

Le pitch est simple : une bataille va avoir lieu, elle est perdue d’avance et pourtant ! pourtant ! Un homme, une légende du royaume va tout tenter pour renverser le cours du destin et ainsi défier une ultime fois la mort…

Il y a un demi-million de guerriers nadirs. Un chiffre gigantesque. Suffisamment pour obscurcir le cerveau. Mais les murs ne sont pas extensibles. Les ennemis ne pourront pas tous se présenter en même temps. Nous les tuerons au fur et à mesure, et nous en tuerons des centaines de plus lorsqu’ils escaladeront les remparts. Et jour après jour, nous les épuiserons.
Vous allez perdre des amis, des camarades, des frères. Vous allez perdre le sommeil. Vous allez perdre du sang. Rien, au cours de ces prochains mois, ne sera facile.
Je ne vais pas vous parler de patriotisme, de devoir, d’indépendance, et de la défense de la liberté, car pour un soldat, ça ne vaut pas un clou.
Je veux que vous réfléchissiez à la survie. Et la meilleure manière pour y arriver, c’est, lorsque les Nadirs seront là, de baisser les yeux vers eux et de vous dire : il y a en bas cinquante hommes rien que pour moi. Et par les dieux, je les abattrai tous, un par un.

David Gemmell arrive, avec un scénario aussi simple, à vous captiver du début à la fin. Et ça, grâce notamment à son personnage principal : Druss. Je vous met au défi de ne pas accrocher à ce mastodonte de la guerre. C’est impossible ! Impossible de ne pas l’aimer, de ne pas avoir furieusement envie d’en savoir plus sur lui. C’est un des personnages les plus intrigants, les mieux construits de la littérature fantasy.

J’avais déjà vu, dans Troie, la capacité de Gemmell à construire des personnages captivants, je constate avec Légende que c’est le cas depuis son tout premier roman. Avec peu d’infos, Gemmell réussit à faire de son héros, une icône.

– … Nous devons être à l’aise ensemble, et davantage: nous devons devenir des amis.
– Pourquoi ça ? s’enquit Rek.
– Parce que nous sommes sur le point de partager quelque chose qui ne survient qu’une fois dans la vie d’un homme, lui répondit Serbitar, nous allons mourir.

Quant à l’histoire, on se prend au jeu. Arriveront ils à changer ce qui semble perdu d’avance ? Quels dangers nous réserve l’auteur ? Tout peut arriver dans Légende et c’est ça qui plait tellement. J’ai aimé chaque seconde de ma lecture, ne trouvant aucun temps morts ou passage plus faible que d’autres. L’intensité est restée constante de la première à la dernière page et j’ai refermé ce livre avec la satisfaction d’avoir lu un chef-d’œuvre du genre.

En terminant Légende, je n’ai eu qu’une seule envie : découvrir les autres livres du cycle drenai et retrouver Druss.

55454

Grand format : Bragelonne – 16.90€ / Poche : Bragelonne – 8.20€

55454

3 commentaires

  1. ah j’adore Gemmell, il me reste encore quelques livres du cycle Drenaï à lire, mais je prends mon temps, pour bien les déguster 😉

    1. Et tu as bien raison ! Je fais pareil ! ^^

  2. […] Légende de David Gemmell : Plongée au coeur d’un monument de la fantasy…. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.