Lire en VO Young Adult

The Mortal instruments, tome 1 : City of Bones

81GvNdZqETLWhen fifteen-year-old Clary Fray heads out to the Pandemonium Club in New York City, she hardly expects to witness a murder—much less a murder committed by three teenagers covered with strange tattoos and brandishing bizarre weapons. And she’s more than a little startled when the body disappears into thin air. Soon Clary is introduced to the world of the Shadowhunters, a secret cadre of warriors dedicated to driving demons out of our world and back to their own. And Clary is introduced with a vengeance, when her mother disappears and Clary herself is almost killed by a grotesque monster. How could a mere human survive such an attack and kill a demon? The Shadowhunters would like to know…

55454Il m’aura fallu plus de deux mois pour finir ce livre. Et je suis vraiment heureuse de pouvoir enfin vous en parler. Quand j’ai commencé ce premier tome, je venais de voir le film, j’avais donc toute l’histoire en tête. Et c’est peut-être là mon erreur. Car impossible de me sentir transporté par l’intrigue ou de trouver ce petit truc en plus qui m’aurait envoûté. Au fur et à mesure de ma lecture, je me refaisais le film et savais donc, par avance, ce que la suite me réservait.

Néanmoins, malgré cela, j’avoue avoir aimé cet univers que nous propose Cassandra Clare. Certains lui reprochent d’avoir plagié plusieurs grosses séries dont Harry Potter. Si j’ai pu remarquer des similitudes, je ne suis pas d’accord avec eux sur ce point. Pour moi, l’univers est original et bien mené. Cassandra Clare développe ses propres idées et The Mortal Instruments n’a pas à rougir.

Is this the part where you start tearing off strips of your shirt to bind my wounds?”
“If you wanted me to rip my clothes off, you should have just asked.

Très sombre, ce premier volume va à l’essentiel. Aucune longueur, et un large choix de créatures fantastiques diverses, impossible avec tout ça de ne pas se sentir happé par l’intrigue. Le New York de l’auteur est captivant et l’on s’y aventure avec plaisir. Et quoi de mieux qu’une bonne dose d’humour pour équilibrer le tout ? Cassandra Clare a un don pour les blagues et les pics que se lancent Jace et Simon sont un plaisir.

Mais passons aux personnages, car ce sont eux qui nous intéressent ici. Clary, l’héroïne, m’est devenue rapidement sympathique et cela, malgré quelques moments où elle m’a clairement tapé sur les nerfs. C’est une jeune fille moderne à laquelle on s’identifie très facilement. Elle possède une grande force mais aussi des faiblesses et c’est cela que j’apprécie chez elle. Cassandra Clare n’essaye pas d’en faire une super-héroïne.

Don’t touch any of my weapons without my permission.”
“Well, there goes my plan for selling them all on eBay,” Clary muttered.
“Selling them on what?”
Clary smiled blandly at him. “A mythical place of great magical power.

Il est temps que je vous parle de celui qui a retenu toute mon attention, celui qui m’a fait craquer alors que je découvrais l’univers via le film sous les traits, charmants, de Jamie Campbell Bower. Cynique, peu sympathique mais doué dans ce qu’il fait. Peu habitué au contact avec d’autres personnes qu’Alec, Isabelle et Hodge, son histoire m’a touchée. C’est de loin mon personnage préféré.

Quant aux autres, si Simon me tape largement sur les nerfs (je souhaite secrètement qu’il disparaisse de manière tragique au fond d’un trou très grand et qu’on en entende plus du tout parler), je trouve que l’on ne voit pas suffisamment Isabelle et Alec pour se faire un véritable avis sur eux. J’espère que les personnage seront plus développés par la suite même si j’ai trouvé que la révélation autour d’Alec était plutôt culotté. On ne voit pas ça partout et ça a le mérite d’être souligné.

Do you remember back at the hotel when you promised that if we lived, you’d get dressed up in a nurse’s outfit and give me a sponge bath?” asked Jace.
“It was Simon who promised you the sponge bath.”
“As soon as I’m back on my feet, handsome,” said Simon.
“I knew we should have left you a rat.

Malgré le manque de surprises dû au visionnage du film avant de le lire, ce premier tome de The Mortals Instruments fut très agréable. Je lirais la suite avec grand plaisir.

Mise à jour : Cet article à été écrit il y a plusieurs années. Avant que certains propos racistes de l’autrice apparaissent sur les réseaux sociaux. J’ai depuis, revu ma décision et j’ai décidé de ne pas continuer la lecture de cette série ou de n’importe quel autre titre de Cassandra Clare. J’ai cependant décidé de laisser cette chronique puisque mon avis sur le livre est toujours viable. J’ai aimé ce premier tome et j’aurai volontiers continué ma lecture sans tout le shitstorm autour de l’autrice.

4 commentaires

  1. J’ai le même problème, je n’ai même pas lu la moitié de ce livre alors que j’ai commencé il y a au moins 3 semaines. Pareil, j’ai re vu le film il n’y a pas très et justement c’est ce qui m’a donné envie de lire le livre mais comme je connais déjà la suite, je n’arrive pas à me mettre dedans et à lire tous les jours alors que j’aime beaucoup l’histoire.

  2. Je vais bientôt le tenter, sachant que j’ai moi aussi vu le film avant. Je ne savais pas qu’on lui reprochait des similitudes avec HP !
    Merci pour ton avis <3

  3. […] faute à une héroïne irritante, une écriture fade et à une référence bien trop flagrante de Mortal Instruments. Dès les premières pages, j’ai eu du mal. Les descriptions ne sont pas claires et l’héroïne […]

  4. […] faute à une héroïne irritante, une écriture fade et à une référence bien trop flagrante à Mortal Instruments. Dès les premières pages, j’ai eu du mal. Les descriptions ne sont pas claires et l’héroïne […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.