Fantasy

Le Sang des Ambrose

Roman---Le-Sang-des-AmbroseDerrière la vie du roi se tient le Protecteur. Derrière le Protecteur son Ombre est aux aguets… Le jeune roi Lathmar est convaincu de sa disparition prochaine. E

ntre la mort suspecte de ses parents, l’armée privée de son oncle le Protecteur du Trône et les purges successives parmi ses proches, seule sa lointaine aïeule Ambrosia Viviana dresse un dernier rempart contre l’usurpateur. Sauf à faire appel au frère d’Ambrosia, l’imprévisible Mor­lock Am­bro­sius, maître Faiseur, sor­cier, bretteur et redoutable ivrogne. Et sauf à décou­vrir et vaincre, der­rière le Pro­tecteur, le mys­té­rieux ma­rionnettiste qui jongle avec l’âme de ses proies et se prépare à dévorer l’empire.

55454Première partie du cycle Morlock the Maker (ou Morlock le Faiseur), Le Sang des Ambrose nous présente la famille Ambrosii, maudite et déchue d’un empire qu’elle va tout faire pour récupérer.

Avec un pitch prometteur, une édition soignée et des personnages apparemment hauts en couleur, voilà un titre qui ne devrait pas décevoir. Et pourtant, impossible d’être réellement transporté par le premier roman de James Enge. Comme on le dit si bien, l’habit ne fait pas le moine…

Si l’histoire débute bien et entraine dans une ambiance de complot, de danger et de trahison, on se rend vite compte que l’intrigue tourne en rond. Peu d’avancée pendant la première partie du roman endort quelque peu sans marquer les esprits plus que ça. Les explications du narrateur sont décousues et empêchent également de parfaitement visionner les scènes du livre.

“ Il coula un regard entre les planches de la ridelle. Morlock apparaitrait-il par magie dans la nuit, ce qu’il était censé faire dès qu’on prononçait son nom ? Serait-il bossu et tout tordu comme l’affirmaient les légendes ? Ses indomptables serviteurs l’accompagneraient-ils ? Sa main, d’avoir tant répandu la mort, serait-elle vraiment écarlate ? ” – p25

Et si Morlock Ambrosius, personnage fort en gueule et imposant se révèle le pilier du roman, il en est bien le seul intéressant. Le roi Lathmar n’est apprécié que pour son jeune âge, l’handicapant en le confrontant à des soucis trop grands pour lui ; Ambrosia agace de par sa vulgarité, son orgueil mal placé et son manque de coeur et les autres personnages n’ont pas suffisamment de personnalité pour marquer les esprits.

Du côté du méchant, c’est la même chose. Présenté comme un personnage terrible et malfaisant, Urdhven, le Protecteur est grotesque, faible et trop facilement tuable par Morlock. Rien n’attire chez lui et même ses évolutions les plus terrifiantes n’amène aucun sentiment de peur ou de méfiance.

“ Il coula un regard entre les planches de la ridelle. Morlock apparaitrait-il par magie dans la nuit, ce qu’il était censé faire dès qu’on prononçait son nom ? Serait-il bossu et tout tordu comme l’affirmaient les légendes ? Ses indomptables serviteurs l’accompagneraient-ils ? Sa main, d’avoir tant répandu la mort, serait-elle vraiment écarlate ? ” – p25

La lecture du Sang des Ambrose se révèle peu intéressante au point que l’on décroche bien trop rapidement à l’histoire de James Enge. Dommage quand on lit les aventures de Morlock et des Tueurs du Soleil qui envoûte bien plus que l’histoire principale. Un roman de cette aventure bien trop courte aurait plus chamboulé le lecteur que celle de la reprise du château d’Ambrose.

Pour le premier tome d’un cycle, Le Sang des Ambrose déçoit et ne donne pas vraiment envie de lire les deux autres tomes. Car bien que le livre soit un one shot (comprenez volume unique), si l’auteur ne corrige pas ses faiblesses pour les deux prochains livres mettant en scène Morlock, on trouvera dommage de ne pas offrir à un personnage si intéressant, des intrigues de qualité.

55454Grand Format : Plus édité / Poche : N’existe pas55454

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.