BD Adulte Héros et Héroïnes LGBTQ+

Gisèle et Béatrice, un genre inattendu pour l’auteur du Royaume !

55454 Gisèle et Béatrice coverComme beaucoup de femmes, Béatrice est moins payée et moins considérée que ses collègues masculins. Lorsque son patron saute le pas du harcèlement sexuel, elle décide de le prendre à son propre piège. Grâce à une plante magique ramenée d’Afrique, elle le transforme en femme. Devenu « Gisèle », sans statut, sans papiers, sans passé, il n’a d’autre choix que de rester chez Béatrice, qui en fait son objet sexuel, et accessoirement aussi sa femme de ménage. Débarrassée de son patron macho, Béatrice accède au poste qu’il occupait. Toute à sa revanche, elle jouit d’abord sans bornes de sa nouvelle position de pouvoir. Quant à Gisèle, elle découvre la vie quotidienne d’une femme soumise, qui vaque entre les tâches ménagères, les journées passées à la maison et les fantaisies sexuelles de Béatrice, devenue sa maîtresse dans tous les sens du terme. Sans cesse surveillée, enjointe de se soumettre à tous les désirs de Béatrice, Gisèle va pourtant réussir à compenser, peu à peu, le déséquilibre originel de leur relation.

55454

888Pour les connaisseurs, Aire Libre est une collection de Dupuis assez guindée. On y publie de la belle BD quasi littéraire. Alors c’est avec beaucoup de surprise que j’ai découvert Gisèle et Béatrice dont le format tranche avec celui, habituel d’Aire Libre.

Et s’il n’y avait que le format ! Au delà du dessin très beau et très particulier de Feroumont, l’histoire dénote. Plus proche d’un Fluide G, Gisèle et Béatrice surprendra tous les habitués d’Aire Libre.

D’abord charmée par l’édition (la BD se fait désirable dans un coffret très travaillé), j’ai rapidement accrochée à l’histoire. Car, avec une absence totale de résumé sur le coffret, c’est dans l’inconnu le plus complet que j’ai débuté cette BD.

777De Feroumont, on connait surtout sa série à succès, publiée dans le journal de Spirou : Le Royaume. A destination d’un public jeune, on y apprécie son humour. Avec Gisèle et Béatrice, l’auteur s’exprime dans un genre où ne l’attend pas. Satyre sociale, bourrée d’humour, Gisèle et Béatrice s’offre de jolies scènes coquines (d’où le Fluide G dont je vous parlais tout à l’heure).

58787On y suit donc Béatrice, jeune femme talentueuse mais dont la carrière est étouffée par un patron misogyne adepte du harcèlement sexuel. La jeune femme est bien décidée à faire changer les choses. Après une soirée, Béatrice ramène son patron chez elle et lui fait boire une étrange potion. Il devient alors Gisèle, nouvelle bonne à tout faire et objet sexuel de Béatrice. Un nouveau quotidien débute pour les deux « femmes ».

Une histoire originale, je vous avais prévenu. Ce qui m’a également plu dans cette BD, c’est la relation entre les deux personnages. Complexe, bien sûr, mais qui se révèle touchante. Car on découvre finalement une héroïne bien seule, en mal d’amour. Un amour qui va tomber de nul-part et va changer profondément notre Gisèle.

Enfin, je ne vous en dis pas plus, pour connaître le fin mot de l’histoire, il vous faudra lire Gisèle et Béatrice !

55454

Grand Format : Dupuis – Plus édité / Poche : N’existe pas

55454

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.