SF

Les âmes vagabondes : Quand Stephenie Meyer s’essaie avec brio à la SF

91KrN1vi9JLMelanie Stryder est une rebelle. Notre Terre a été envahie par un ennemi invisible. Petit à petit, les âmes vagabondes s’emparent du corps des hommes en neutralisant leur esprit. La quasi-totalité de l’humanité a ainsi succombé. Melanie Stryder fait partie du dernier groupe d’hommes libres. Lorsqu’elle est capturée par les Traqueurs, on lui 

insère Vagabonde, une âme exceptionnelle qui a déjà connu plusieurs corps. Elle sait les difficultés d’envahir un humain hostile : les émotions dévastatrices, le tumulte des sens, les souvenirs trop vifs. Et Vagabonde rencontre un obstacle supplémentaire : l’esprit de l’ancienne propriétaire résiste. L’âme explore les souvenirs de Melanie dans l’espoir de découvrir l’endroit où se cachent les derniers résistants humains. Mais à la place de ces informations, Melanie submerge Vagabonde par les images de l’homme qu’elle aime – Jared, un humain encore en cavale.

55454

C’est avec quelques semaines de retard que je te parle, lecteur, d’un livre que j’ai beaucoup aimé : The Host (Les âmes vagabondes en français). Ce livre, j’avais pourtant des a priori quand on sait que son auteur est Stephenie Meyer surtout connue pour son énorme succès : Twilight.

The Host, je l’avais dans ma PAL depuis plusieurs années, mais je ne m’étais jamais décidé à l’en sortir. Ce n’est que parce que le film est en cours de production que je me suis dit qu’il était temps que je me lance afin de pouvoir me faire un avis lors de sa sortie.

Cela commençait par la fin, toujours, et la fin c’était la mort. On m’avait prévenue.
Pas sa mort à elle. La mienne. Ma mort. Parce que c’était moi à présent.
La langue que j’employais était bizarre, mais elle fonctionnait. Elle était laborieuse, aveugle, gauche et linéaire -terriblement limitée comparée à celles que j’avais déjà utilisées – mais je parvenais, néanmoins, à y trouver de la fluidité, de l’affect. Parfois même de la beauté. C’était ma langue à présent. Ma langue « indigène ».

J’ai donc entamé ma lecture, intéressée par le speech tout en m’attendant à pas mal de romance mielleuse, signature de Twilight. Et bien je me suis trompée. Postérieur à sa quadrilogie, The Host fait preuve d’une belle écriture et d’un scénario captivant et bien construit. Ouvrage de qualité on se sent très rapidement happés par les aventures de Mélanie et Vagabonde.

Chose assez inhabituelle, Meyer réussit à nous accrocher sur une histoire où l’action est au second plan. Dans The Host, c’est avant tout la psychologie des personnages et l’instinct de survie que le lecteur aura la possibilité d’apprécier. Malgré quelques passages un peu long qui auraient pu passer à la trappe sans problème, on se prend tellement au jeu que l’on ne voit pas le temps passer.

C’est le désespoir qui veut ça, a murmurè Mélanie. Dans les âges sombres, la gentillesse n’a plus droit de cité. Dans ce meilleur des mondes que tu as créé, nous sommes des fugitifs, une espèce en danger. Tous nos choix sont une question de vie ou de mort.

Meyer réussit également le pari de nous faire apprécier Vagabonde que l’on aurait toutes les raisons de haïr étant donnée qu’elle est l’ennemi, l’envahisseuse. Néanmoins, on s’attache à elle et à son parcours atypique, son évolution et sa découverte des émotions humaines. Côté personnages d’ailleurs, ils sont nombreux. Et aucun n’est inutile. On apprécie chaque entité pour ce qu’elle apporte à l’intrigue.

Je ne m’attendais pas à grand chose en lisant ce pavé, mais j’en ressort passionnée. Roman fantastique de qualité loin d’être un bête titre de young adult, The Host se place comme l’une de mes plus belles lecture de cette année 2012. On regrette tout de même de ne pas avoir une suite au vu de la fin ouverte pleine d’espoir et de renouveau.

Je l’ai laissée sortir toute seule, puis j’ai replié doucement mes doigts sur son corps fragile et minuscule. Je l’ai soulevée, ver d’argent et de lumière maculé de sang humain, et l’ai recueillie dans mes mains en coupe.
Comme elle était belle. L’âme, dont je ne connaîtrais jamais le nom, se tortillait comme une onde de cristal, un ruban délicat et magnifique.

Aujourd’hui, je n’ai plus qu’une hâte : Me plonger dans le film pour voir mes personnages favoris prendre vie.

55454

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=6GJo0cxuyxs]

55454Grand format : JC Lattès – plus édité / Poche : Livre de poche – 8.60€55454

0 commentaire

  1. J’adore ce livre ! L’histoire est passionnante , pendant ma lecture ,j’imaginais les scènes . J’étais donc contente d’apprendre qu’un film était en préparation . Hâte de découvrir le résultat : )

    1. J’en ai été contente aussi ! Je suis d’accord avec toi sur la facilité avec laquelle on visualise le livre. C’est l’un de ses plus gros points forts !

  2. Salut ! J’aime beaucoup ton blog ! Il est vraiment sympa à suivre 😉
    J’ai remarqué que tu m’as ajouté dans tes lectures web : « Merciiii », je suis toujours contente d’avoir de super lecteurs qui me suivent.
    Pour ce qui est des « âmes vagabondes », il est dans ma PAL et tu me donnes très envie de le lire, il faut que je le fasse avant sa sortie au ciné d’ailleurs.
    A bientôt alors et très très bonne continuation !

    1. Salut,
      Merci, j’aime beaucoup ton blog.

      Ah les Âmes vagabondes, j’ai vraiment hâte de voir le film ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.